Né en Suisse, Pierre Blanchut sʼest dʼabord consacré, parallèlement à ses études classiques, à lʼapprentissage du piano au conservatoire de Genève, dans la classe dʼAlexei Golovine.
Il découvre le théâtre avec André Steiger et sʼinstalle à Paris dès 1984 où il effectue le cursus de lʼécole « Espace Acteur », comédie et mise en scène sous la direction de Guy Shelley et Virgil Tanase.

Il crée ensuite différents spectacles de théâtre en tant que metteur en scène à Paris et à Bruxelles.
Cʼest à Paris quʼil découvre la percussion persane (zarb et daf) grâce à des enregistrements de Djamchid Chémirani et cʼest à Toulouse quʼil en entreprend lʼétude avec Dariush Zarbafian.

A partir de 1994, il devient lʼaccompagnateur de ce dernier et tous deux donnent de nombreux concerts de musique persane.
Riche de cet apprentissage et de cette expérience rigoureux, il devient musicien professionnel et décline son goût pour la percussion persane et, plus largement, orientale dans différentes formations: Mosaïca, musique occitane et méditerranéenne, Demazadi, musique du Kurdistan,Esfahan, musique persane, Witiza, groupe vocal spécialisé dans l’Ars Subtilior.

Il a lʼoccasion de jouer en concerts ponctuels avec des musiciens importants comme Hamid Motebassem(Târ, Iran), Shankar Gosh ou Debashish Brahamachuria (tabla-Inde), Mahmut Démir (saz, kemenche-Turquie), Turan Yapistiran (saz-Turquie).

Retrouvant le lien entre le piano classique et la percussion orientale, il aborde résolument lʼétude du santour et du répertoire savant persan, en autodidacte, éclairé par les précieux conseils de Luis Barban. Apprentissage quʼil approfondit au cours dʼun voyage en Iran pendant lequel il rencontre des musiciens tels Bahman Rajabi, Pashang Kamkâr, etc.

Dés 2002, il se produit aussi comme joueur de santour, en soliste, dans le Mirageduo avec Bruno Talavera(zarb), le Miragetrio avec Bruno Talavera et Taghi Akhbari(chant), au sein du groupe Taxim, musique dʼOrient et dʼOccident, et actuellement dans le Quartet Mawaran, musique d’inspiration libanaise,(prix du jeune public, Chambres avec vues, Rabastens, 2012), des groupes dans lesquels il intervient comme instrumentiste et compositeur. Cʼest dʼailleurs dans le sens de la création et de la recherche que son travail sʼoriente actuellement. Il accompagne également le groupe vocal Scandicus, dans un répertoire médiéval et sefardi.

Très attentif à lʼaspect modal des musiques dʼOrient, respectueux des critères de leur interprétation, Pierre Blanchut représente bien ces musiciens occidentaux qui, sans renier leur culture musicale, trouvent dans les traditions extra-européennes le ferment de leur propre créativité.

Son intérêt pour le théâtre le conduit à participer à différents spectacles, il accompagne notamment le conteur marocain Amid Bériouni. Il a assuré la direction musicale de “Gengis Khan, Une Epopée Mongole”, créé au Festival International de Musiques Sacrées de lʼAbbaye de Sylvanès(2003).

Il a participé à la musique du film dʼanimation « Persepolis » de Marjane Satrapi et Vincent Paronnaud.
Il a créé également les musiques des spectacles de théâtre dʼombre turc « Karagöz« (inscrit au patrimoine immatériel de l’humanité en 2009) de Ruchen Yildiz.

Il accompagne également le danseur chorésophe Michel Raji dans des performances de danse et musique.
Il participe musicalement au spectacle « La Mauvaise Herbe », créé par le danseur comédien Faustino Blanchut au teatro Dimitri(Suisse).

Pierre Blanchut propose régulièrement des animations autour des musiques dʼOrient en milieu scolaire ou en bibliothèque. Au printemps 2009, le réseau départemental des bibliothèques de Haute Garonne a programmé des causeries concert diffusées dans les bibliothèques du département. Il est également intervenu dans un travail de sensibilisation musicale auprès du jeune public, notamment au collège de Prilly (Suisse), au conservatoire de Colomiers, au conservatoire à rayonnement régional de Toulouse.

Pierre Blanchut accompagne fréquemment des récitals de poésie, on a pu l’entendre au côtés de Manijeh Nourri(Iran), Salah Al Hamdani(Irak), Aurélia Lassace(France), au Printemps Des Poètes(Institut du monde arabe).

On a pu entendre Pierre Blanchut au cours de nombreuses prestations, par exemple au festival Voix et Routes Romanes (Alsace), au Festival International de Musiques Sacrées de lʼAbbaye de Sylvanès (Aveyron), sur les ondes de France Musiques, au SatelitʼCafé (Paris), à La Salle Bleue (Toulouse), à lʼAuditori de la Caja de Madrid (Barcelone), aux Trobadories de Berga (Catalogne),à La Cité Nationale de lʼHistoire de lʼImmigration, à lʼInternational Visual Theatre, au Musée du Louvre, à l’Institut Du Monde Arabe, au Mucem de Marseille, à la Halle Aux Grains de Toulouse en tant que soliste invité de l’Orchestre du Capitole de Toulouse, au théatre San Materno d’Ascona (Suisse)

%d blogueurs aiment cette page :